On trouve de tout dans les livres

On trouve de tout dans les romans, pour peu que l'on s'y intéresse, et principalement à leurs moindres détails, parfums et saveurs, qui croyez-en ma vaste expérience du sujet, n'ont rien d'anodin. La plus petite d'entre ces perles échappées du collier imaginaire de l'écrivain donne souvent une couleur toute particulière à un récit et vous le rendra attachant. Certains détails ont même ce pouvoir de transformer une histoire qui aurait pu sembler ordinaire ou banale en un texte lumineux dont on se souviendra longtemps.

Plusieurs de ces « détails » sortis tout droit du quotidien réussissent à traverser le temps. Je pense à la petite madeleine de Proust que bien des gens citent pour évoquer le retour à la mémoire des souvenirs de l'enfance. Combien d'entre eux ont lu Proust ? Pas grand monde. Pas grave. La madeleine en papier et la madeleine gâteau vont leur petit bonhomme de chemin, mine de rien.

Pour en revenir à mon idée, je disais donc que l'on trouve de tout dans les romans. C'est fascinant. Les maisons, les jardins, les vêtements, ce que les gens lisent, mangent ou boivent.

Des livres sont même fabriqués à partir des romans, surtout des livres de cuisine. J'ai déjà vu en librairie les recettes de Flaubert, et plus récemment, celles de la Bible. Rien de moins ! Imaginez un peu le travail : lire attentivement et recenser tous les plats que les personnages bibliques préparaient ou mangaient dans l'ancien temps. Je rigole toute seule quand je pense à ça. Pas que je trouve l'exercice inutile, bien au contraire, et même s'il l'était, pourquoi pas un brin d'inutilité dans cette vie ?

[Sources : J'ai librement repiqué, et révisé pour la cause, quelqes passages de la page 2 de mon Journal publiée le 30 mai 2015, quand j'ai rédigé ce billet. L'Autoplagiat est-il proscrit par ici ?]

haut de page